Dernièrement, après une vingtaine de mois aux Bermudes, j'ai dû avoir recours au système médical. Sans entrer dans les détails, je vous raconte mon expérience, une expérience qui ne fait que confirmer les raisons de mon aversion pour le système médical "universel" Québécois qui, par le passé, ne m'a jamais diagnostiqué correctement, et même prodigué des traitement de façon totalement imprudente.

Dans la semaine débutant le 12 mai, je ressens quelques douleurs. Après quelques jours à hésiter, je décide d'aller consulter à une clinique "walk-in" d'Hamilton, clinique que je n'ai visité qu'une fois à mon arrivée pour l'obtention de mon permis de conduire (examen médical requis). Je n'ai pas de dossier à cet endroit alors je me dis que ça sera long et fastidieux... et le côté monétaire m'inquiète un peu, c'est ma première expérience au privé et j'ai été conditionné à en avoir peur, comme tout Québécois... mais à quel point suis-je dans l'erreur... c'est fou!

J'arrive à l'ouverture, soit 8h du matin le Jeudi. On me fait remplir un formulaire pour mes informations personnelle et d'assurance médicale. Un peu avant 8h30 le médecin vient me chercher pour la consultation, médecin calme et vraiment à l'écoute, en plus de me poser beaucoup de questions. À ma sortie, je paye ma portion de la consultation: 28$ sur 103$ au total, mon assurance couvre la différence, et ils s'occupent de me prendre un rendez-vous pour un examen dans une autre clinique: Êtes-vous disponible demain à midi?" Tout à fait, donc rendez-vous planifié pour vendredi midi.

Quelques prélèvements sont aussi requis, j'attends donc dans la salle adjacente, puisque la clinique fait les prélèvements sur place, entre 6h45 et 17h30 en semaine. J'attend 15 minutes, le temps de terminer les prélèvements sur un patient puis c'est mon tour. Frais? Aucun. On m'appelera pour me parler des résultats aussitôt qu'ils seront disponibles. Je quitte donc la clinique pour aller au boulot, moi qui croyais manquer plusieurs heures de travail, j'arrive seulement 15 minutes après mon heure habituelle.

Le lendemain matin, je vais au boulot comme à l'habitude, mais la douleur me pousse à quitter en milieu d'avant-midi. Je vais à l'examen prévu, j'arrive à 11h50, commence à remplir mes informations comme à la clinique, mais on me dit de laisser le formulaire de côté, mon rendez-vous est à midi, je passe à 11h55... what? en avance? Je sors de la salle, fini de remplir le formulaire, on me dit "Aurevoir monsieur Naud, les résultats seront envoyés à votre médecin en après-midi." Combien je vous dois? "Rien monsieur, bonne fin de journée!" ... Je quitte, surpris.

Je retourne donc à la maison, me reposer. Le téléphone sonne à 14h00: "Monsieurs Naud, nous avons les résultats de vos prises de sang et le médecin aimerait vous voir immédiatement, êtes vous disponible pour passer à la clinique?", je dis "oui, tout à fait, je serai là dans environ 10 minutes.". J'arrive à la clinique, aucune attente, le médecin me reçoit dès mon arrivée. Discussion de la situation, je dois aller passer un "Computed Tomography" (CT Scan). On me dit donc qu'on m'appelera pour me donner la journée et l'heure de mon rendez-vous, après qu'ils auront communiqué avec l'hopital. Je retourne à la maison encore surpris de toute cette efficacité.

Le téléphone sonne à 16h, nous somme vendredi je vous rappelle, l'hopital veut me passer dans l'heure qui suit... HEIN? Déjà? Je vais donc à l'hopital, attente d'environ 15 minutes après m'être enregistré. Par la suite, on me demande d'attendre que le médecin analyse les résultats. 10 minutes passent, on vient me chercher et me dit que mes résultats ont été envoyé à la clinique et que je dois y retourner... abasourdi... j'en reviens tout simplement pas, parce que le temps d'attente moyen d'un CT scan au Québec est de 4 semaines selon cette étude de L'institut Fraser pour 2012:  http://www.fraserinstitute.org/uploadedFiles/fraser-ca/Content/rese...

Je retourne à la clinique, discussion de la situation et de ce qu'on devra faire. Le téléphone sonne pendant que je suis sur place, le médecin de l'hopital a continué d'analyser mon imagerie pendant tout ce temps et veut apporter des précisions. Il est maintenant 17h20, la clinique ferme dans 10 minutes mais le doc m'envoye à la pharmacie chercher ce que j,aurai besoin et me dit "la clinique ferme mais revenez me voir, je vous attend". De retour à 17h40 environ, il me donne ses instructions et me dit de passer le lendemain matin, ainsi que chaque matin pour les 2 prochaines semaines, pour effectuer une suivi quotidien du progrès de la médication.

Je quitte donc en me disant: "Il y'a quelques jours je n'avais aucune idée de ce qui causait cette douleur, Et là en moins de 48 heures, le diagnostique est effectué et mon traitement débute..."... Un traitement qui requiert un suivi de près au début, une traitement que j'ai déjà reçu par le passé, mais pour lequel je n'ai jamais eu de suivi quotidien! Le Québec m'a laissé tombé à cette époque et aurait pu causer ma mort à ne pas faire le suivi quotidien qui est, selon mon médecin, PRIMORDIAL!

Ah ce méchant privé... dans lequel je me sens pourtant en sécurité et dans lequel on s'est excusé plusieurs fois de me faire attendre... quelques minutes.

PS: ne vous inquiétez pas, tout ira bien. Il m'a même dit de ne pas annuler mon voyage qui aura lieu dans 3 semaines.

PPS: "You're kidding me right?" fût la réponse du doc quand je lui ai parlé des temps d'attente au Québec...

Vues : 183

Commentaire de Julie Lesage le 23 mai 2014 à 10:03

J'espère que ce n'est pas si grave...  prend bien soin de toi...

Je vis la même chose ici... ma fille était très mal en point.. a minuit nous sommes arrivés a l'urgence, a 1;30 nous étions ressorti ( apres avoir eu les résultats de test), elle avait l'influenza.  Nous n'avons pas passé par la salle d'atttente.  Ils l'ont mis dans une chambre privée, avec télévision grand écran et lui nt donné des petits popsicle pour la réhydrater... j'étais abasourdie du service!

Commentaire de Anouk le 23 mai 2014 à 16:12
J'ai eu recours à 3 reprises au système de santé (deux fois aux USA, une fois en Europe) et le service était vraiment efficace (bémol pour la Floride cependant). Rien à voir avec le Québec.

J'espère que ta maladie c'est pas trop grave. Prompt rétablissement sous le soleil des Bermudes.
Commentaire de Richard Naud le 23 mai 2014 à 18:05

Ah pauvre p'tite chouette. Un adulte à l'hosto ça me parait plus normal qu'un enfant (je sais, stupide à dire mais bon).

De mon côté, je suis entre bonnes mains, les prochaines semaines vont m'en dire plus, pour le moment je fait attention à mon alimenation, beacoup de sommeil, bref, fini le surmenage au travail et la "vie de party". Ce qui est un peu tough avec la belle saison qui arrive, les "booze cruise", les beach party, etc. Mais on fait le meilleur possible avec ce que la vie nous donne. Par chance ça ne sera qu'une sonette d'alarme. :)

Commenter

Vous devez être membre de Quitter le Québec pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Quitter le Québec

© 2020   Créé par Julie Lesage.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation