Fiscalité du Québec versus l'Alberta, la Californie et le Texas/Washington/Floride.

Bonjour,

Le Québec me donne mal au cœur (loi 101, charte des valeurs, taux d'imposition, réglementation sans fin, PQ majoritaire, etc). Je suis dans une période de grande décision. J'ai possiblement une ouverture en Californie et peut-être dans d'autres états qui pourrait m'intéresser. J'ai fait quelques calculs fiscaux assez précis et je me suis dit que je pourrais les partager. J'ai rempli les déclarations fiscales du Québec, de l'Alberta et de plusieurs états américains. Tâche longue et ardue, mais qui donne une idée beaucoup plus réaliste et précise que les taux d'imposition marginaux.

Sur un revenu de 50 000$

Québec : 12,300$ (24.6%)
Alberta : 9500$ (19.0%)
Californie : 5760$ (11.5%)
Texas/Washington/Floride : 4660$ (9.3%)

Sur un revenu de 100 000$

Québec : 31,901$ (31.9%)
Alberta : 25,810$ (25.8%)
Californie : 20,410$ (20.4%)
Texas/Washington/Floride : 16,012$ (16.0%)

Pour les taxes de vente :

Québec : 14.975% (biens et services)
Alberta : 5.00% (biens et services)
Floride : ≈7.5% (seulement sur les biens)
Californie : ≈8.75% (seulement sur les biens)
Texas : ≈8.25% (seulement sur les biens)
Washington : ≈8.87% (seulement sur les biens)

Pour l'essence :

Québec : 1.38$ / litre
Alberta : 1.10$ / litre
Floride : 0.88$ / litre
Californie : 0.95$ / litre
Texas : 0.79$ / litre
Washington : 0.85$ / litre

Pour les taxes municipales (avec maison 2000 pieds carrés) :

Québec : ≈1.00% de la valeur (3700$)
Alberta : ≈0.75% de la valeur (3100$)
Floride : ≈2.20% de la valeur (5000$)
Californie : ≈1.35% de la valeur (7000$)
Texas : ≈2.50% de la valeur (5000$)
Washington : ≈1.20% de la valeur (3800$)

Il reste le cas des assurances autos et habitation qui sont généralement plus élevés qu'au Québec. Puis l'assurance santé qui est peut-être 2000-3000$ de plus qu'au Canada (il faut quand même payer l'assurance médicament/dentaire chez nous). Et il reste finalement le coût de la vie. La Californie perd des points... le Texas et la Floride gagnent beaucoup. Le Québec, l'Alberta et Washington c'est similaire.

Dure décision... si vous voulez commenter ou suggérer là-dessus, n'hésitez pas !

Vues : 3949

Commentaire de Hugues Tremblay le 12 février 2014 à 9:07

La où la Californie (région de SF) peut se racheter, c'est au niveau des revenus potentiels (enfin...je connais un peu la situation en informatique).  Dans ce domaine, le revenu y sera facilement au dessus des 120-150k. Mais l'hypothèque y sera beaucoup plus élevée.  

Ceci dit, et ça vaut pour l'Alberta aussi, le prix d'une maison élevée n'est pas nécessairement mauvais puisqu'à la fin, c'est de la valeur qui te reviens.  Si tu paies ton bungallow 1M$ à San Jose, tu rembourse 700k en 25ans, quand tu prends ta retraite, tu revends cette maison et tu peux t'acheter un château au Texas ou en Floride...:)

Commentaire de Hugues Tremblay le 12 février 2014 à 9:13

Mais je trouve tout ça très intéressant comme étude comparative.  C'est vrai que c'est difficile de comparer tant qu'on n'a pas rempli le formulaire d'impôts....et c'est sans compter que chaque cas est différent avec les diverses déductions et tout.

Commentaire de Remi Racine le 12 février 2014 à 12:15

Très intéressant. Merci pour la comparaison.

À ceci je répondrai que je crois que l'important est de se sentir confortable avec la décision à prendre.

Voici un comparaison simple : Quand vient le temps d'acheter un bien, qu'est-ce qui fera en sorte que je décide d'acheter ce bien chez un commerçant plutôt qu'un autre : le prix de vente, le service après vente, nos valeurs, notre capacité de payer, ... Bref, nous ferons l'achat du bien à l'endroit où nous avons le sentiment de faire une bonne affaire dans le contexte du moment.

Et ce sentiment de faire une bonne affaire est relatif et différent d'une personne à l'autre.

Moi j'ai choisi de quitter le Québec pour des raisons professionnelles d'abord. Moi et ma famille sommes établis en Saskatchewan depuis 5 mois. Depuis que je suis arrivé, mes économies ont quintuplé. Je paye 10% de taxe de vente au lieu de 15. J'habite en milieu rural où le coût de la vie est beaucoup moindre que celui des grandes villes. Le paiement de mon hypothèque a diminué de moitié. Je n'ai pas eu à payer de taxe de bienvenue. Les coûts en énergie sont moindre. Le prix de l'essence oscille entre à 1.06 et 1.14. Plus, je considère avoir des conditions de travail ici. J'habite à 4h de route de Medecine Hat, 6h de Calgary, 7h de Banff, où je peux profiter de la taxe de vente de l'Alberta de 5%.

En résumé, j'ai le sentiment que j'ai fait la bonne chose pour moi et ma famille et je suis confortable avec ma décision. Je peux enfin envisager planifier des projets intéressants et divertissants pour ma famille à court terme.

Commentaire de Simon Auger le 12 février 2014 à 16:48

J'ai rempli les feuilles d'impôts avec les déductions de base. Dans tous les cas, ce serait encore plus bas avec des enfants (beaucoup de crédits d'impôts aux États-Unis), les frais de garde des enfants (pour l'Alberta) et évidemment la trâlée de crédits pour les REER/401K/CELI/IRA (qui sont généralement plus généreux aux États-Unis).

Moi ce qui me fait peur de l'Alberta, c'est qu'elle commence dangeureusement à s'endetter. La dette grossit même plus vite qu'au Québec (elle est passée de 0$ à plus de 3000$ / capita en moins de 2 ans)... et tout leur modèle repose sur le pétrole : plus du tiers des revenus gouvernementaux proviennent des pétrolières. Dans 10-20 ans, ils n'auront pas le choix de couper dans les dépenses ou sinon d'augmenter drastiquement les impôts et les taxes. Même le Texas est très loin d'être aussi dépendant.

Ce qui est inquiétant avec les États-Unis, c'est la difficulté d'immigrer (et probablement aussi Obama lol). Dans mon cas, ce serait possiblement une job de développeur logiciel, ce qui n'entre pas dans le visa TN. Et de toute façon pour immigrer c'est toujours mieux de prendre un EB-1. Mais j'ai cru comprendre que le visa est limité et que le permanent labor certification est franchement pénible. Et même en Californie, les emplois de programmeurs commencent souvent autour de 80-90k. C'est déjà mieux que notre 40-50k québécois, mais ce n'est pas si élevé en comparaison avec le prix des maisons (qui est le plus gros problème de la Californie).

Commentaire de Hugues Tremblay le 12 février 2014 à 17:13

Simon, 

Tout est dans la tournure des phrase.  Tu pourras avoir le TN comme développeur de logiciel. Je l'ai et j'y ai travaillé les 6 derniers mois.  Analyste de systèmes, c'est très vaste comme définition.  À ta place, j'essaierais le TN.  Beaucoup moins de trouble.

Aussi, les salaires de 80-90k sont considérés comme "cheap" là-bas.  Dépendant de ton expérience/expertise, tu peux facilement y toucher plus de 120-130.  80-90 peut être ton tremplin, mais quand tu y seras, tu iras cogner aux portes d'à côté et ça montera rapidement.

Commentaire de Simon Auger le 12 février 2014 à 17:47

Mais le problème c'est le visa TN n'est pas supposé mener vers une immigration. C'est supposé être temporaire comme emploi. C'est évident qu'il y a toujours possibilité de jouer avec le système, surtout si la compagnie a des avocats et de l'expérience... mais le fait est que c'est la partie difficile avec les États-Unis.

Sinon pour la Californie, j'y pense très sérieusement. Je suis en train de chercher les emplois disponibles et je suis même ouvert à d'autres états américains. Mais le climat californien.. et silicon valley disons que c'est le rêve de plusieurs. Dans mon cas, je touche surtout au C# / ASP.NET / WPF / PHP / HTML5 / CSS-SASS / JQuery-Javascript-Ajax. Je travaille avec Amazon AWS et Windows Azure beaucoup aussi. Il me manque peut-être un peu d'expérience avec Java et les servlet.. mais c'est quand même déjà une bonne base !

Commentaire de Rémi Roy le 12 février 2014 à 22:45

Le TN n'est p-e pas un visa supposé mener vers la green card. Mais c'est une foutu bonne façon d'avoir un emplois au état unis en ne coutant pas un sous. Donc tu as la possibilité de faire tes preuves et ensuite de dire, vous voyez je fais l'affaire, je suis qualifié voulez-vous me garder? De plus en faisant le move 1 fois, tu deviens tout a coup vraiment intéressant pour les employeurs, car tu prouves que tu es "games" de quitter ton pays natale pour aller travailler.

Depuis que j'ai changer dans mon profile linked in en indiquant que je vis maintenant au État-Unis je recois des tonnes d'offre d'emplois et même des gens qui m'avais dit non désolé trop compliqué revenir me contacter en me faisant des yeux doux.

Le truc c'est de faire un move! La green card viendra par la suite. Et l'avantage de la TN est que tu peux la renouveller n'importe quand. A la limite faire ta vie sur le TN est possible! Tu n'as juste pas la stabilité de la green card ou du H1B qui est bon pour 6 ans et peut mener "officiellement" à la green card. Mais si vous lisez sur les site d'immigration le H1 est le mauvais visa pour les canadien en informatique. C'est idiot de payé 5000-10000$ pour un visa quand tu peux avoir de quoi pour 60$

Commentaire de Simon Auger le 13 février 2014 à 1:01

La seule crainte qui me reste c'est de laisser tomber mes études de baccalauréat et de me lancer trop vite. Mais j'ai quand même une solide base et une expérience plus que raisonnable. J'ai quand même mon DEC en informatique de gestion... ce qui vaut minimalement comme un associate degree là-bas. Si je peux me trouver un employeur conciliant avec le travail-étude (pour finir mon baccalauréat à distance ou sinon à temps partiel dans une université là-bas)... ça serait parfait. Vous semblez dire qu'avec le TN c'est pas mal facile.. alors c'est déjà une difficulté en moins.

Mais avec seulement un visa TN ... est-ce qu'on perd certains avantages fiscaux ou d'autres avantages significatifs ? Si je reste 10 années avec un visa TN, est-ce que je vais être éligible au Medicare et Social Security pareille ? Ça serait quand même des sommes considérables que je perdrais si je ne suis pas éligible. Sinon dans le pire, est-ce possible de transférer ces sommes au Canada ?

Bon je crois bien que ça fait le tour après... reste plus qu'à me trouver une job qui répond à mes attentes !! !

Commentaire de Hugues Tremblay le 13 février 2014 à 8:46
Techniquement, ton employeur devrait fournir une assurance privée. Pour le social security, saches que ton visa est relié à ton emplois. Si tu perds ton emploi, tu dois retourner dans ton pays. C'est là que la residence permanente prend sa valeur. Je ne suis pas spécialiste, mais je crois que Remi a raison. C'est la façon la plus facile d'aller prouver ton expertise et ensuite demander a ton employeur de te cautionner pour un visa permanent.

Pour tes études, ce n'est pas une mauvaise idée de les terminer. Après, c'est une question idéologique. Est-ce que,moralement tu es capable de dire merci-ciao-bye à la société qui a payer pour ce diplôme ou est-ce que tu ne voudrais pas plutôt en rembourser au moins une partie en payant des impôts quelques années avant de partir. Ça c'est à toi de le décider.
Commentaire de Julie Lesage le 14 février 2014 à 6:09

Nous sommes arrivés avec un Tn et nous avons maintenant la green card ( et en processus pour la citoyenneté). 

Pour l'étude comparative c'est bien mais n'oubliez pas que les états sont vraiment différents question fiscalité.  Les intérêts sur une hypothèque sont déductibles d'impôt ce qui fait baisser le pourcentage d'impôt a payer ( au fédéral seulement car on a pas d'impôt d'état)... jusqu'a maintenant, on payait en bas de 6% mais cette année, on va en payer un peu plus parce qu'on vient de changer de braquette!

Aussi, la valeur du style de maison est très différente d'un endoit a l'autre.. En comparaison, ma maison que j'ai payé 250 000 vaut plus de 700 000 au Québec ( encore plus cher en Californie et Washington).  La maison que j'ai vendu l'an dernier 150 000, le même style sur la rive sud de Montreal était a environ 400 000...

Commenter

Vous devez être membre de Quitter le Québec pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Quitter le Québec

© 2021   Créé par Julie Lesage.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation