QLQ Social sera bientot désactivé et remplacé par notre groupe Télégram:

https://t.me/qlq_evacuation

Venez jaser, vous renseigner et échanger avec des québécois de partout en temps réel

Téléchargez l'application telegram ici:

https://telegram.org/?setln=fr

Abonnez-vous aussi à notre chaine Youtube, QLQ Live en direct tous les Mercredis 22h HE

 

Et oui, un autre qui va quitter la province, le pays même, car dans un peu plus d'un mois, l'avion qui m'apporte vers une nouvelle vie atterrira au LF Wade International Airport, sur la St David's Island, Bermudes.

Après un début d'année difficile (mise à pied temporaire) des recherches d'emploi dans la région de Québec, à l'extérieur du Québec et aux États-Unis, sans succès, et même avoir été approché par quelques entreprises via LinkedIn, toujours rien de nouveau à se mettre sous la dent. Mes recherches m'ont amené à voir un poste affiché pour les Cayman Islands... après une petite réflexion sur le poste, à savoir si ça pourrait me convenir, et avoir discuté avec Janik qui me dit "part avec l'idee que tu l'as, si tu doutes, tes mort, doutes pas, ait pas peur de ce qui est devant", je me lance. J'envoie donc un courriel avec une petite présentation de qui je suis et ce que je recherche, accompagné de mon cv. Nous sommes alors le 7 juin 2012.

Environ 24 heures plus tard, je reçois un courriel réponse "Thanks for the email and introduction.   I'd be happy to connect with you for a conversation on this.   Please let me know if you have some time available throughout the day today.". Et le processus se mis donc en branle. Après une discussion de presque 1h30 avec Jason Squires, de Squires Resources à Barrie en Ontario, il me dit que ce poste ne serait pas pour moi (comme je le croyais au départ). "Would you be opened for Bermuda?" me demande-t-il alors, "I'm working with some companies there and your profile would certainly be of interest to one of them, I'll get back to you later this week, I'm sure I can get you an interview by then.". Je me souviens alors d'une parole que je me suis dite: "Ce serais donc ben plaisant coder sur une ïle dans le sud.".

Une semaine passe, Jason me recontacte "Good news Richard, I got you an interview with a company in Bermuda, are you still up for it?"... le rêve devient réalité! Entrevue d'introduction quelques jours plus tard, avec la Business Development Manager, via Skype avec caméra (vive la technologie), qui se termine par un "Richard, I think you have what it takes to be a part of our team, would you like to move on with a code sample or you are not sure and need some time to think about it?" Ni une ni deux, j'accepte. Une semaine intensive de code, une deuxièmes entrevue P2P avec un Senior Software Developer, et une entrevue finale avec la Managing Director, qui est propriétaire de l'entreprise, cette dernière se termine par un "I want us to take it to the next level, are you familiar with the immigration process?" ... bingo, j'ai une job aux Bermudes... j'arrive pas à y croire! Une soirée à flotter litéralement sur un nuage!

Et maintenant, le contrat de travail est signé, à durée indéterminée, entrée en fonction le 4 septembre 2012. Le poste a été affiché sur place, aucune application reçue (manque de resources locales en informatique, si ça vous intéresse). Mes documents d'immigration sont en route depuis hier à 16h15, ils seront entre leurs mains lundi le 30 juillet. Ils s'occupent du processus d'immigration avec le gouvernement, je n'avais qu'à fournir le formulaire rempli et signé, avec les multiples documents requis.

Est-ce que c'est stressant? Oui. Mais ce stress n'est rien comparé à un potentiel "j'aurais donc dû..." en ne plongeant pas tête première dans l'aventure! Les conditions d'arrivée rendent l'expérience intéressante et rassurante, j'aurai 4 semaines pour me trouver un logis, période pendant laquelle la compagnie m'héberge et pendant laquelle je n'aurai pas encore de revenus. Ma famille proche est heureuse pour moi, j'ai leur soutient, ça aide énormément de voir qu'ils pensent à ce que je désire vivre et non à me retenir.

Il faut oser, sortir de sa zone de confort, être prêt à vivre l'inconnu, la nouveauté. Pensez aux côtés positifs de la chose: qu'est-ce que je laisse ici, versus ce que j'obtiendrai en échange? N'étouffez pas la petite voix en vous qui dit "je veux aller explorer d'autres horizons, la terre est grande, pourquoi je me limiterais à un seul endroit?"

« Je veux ce qu'il se doit, comme il se doit, parce qu'il se doit.»
Vous pensez mériter autre chose? Quelque chose de mieux? De différent? Allez le chercher, n'étouffez pas ce sentiment, vous ne vivrez alors qu'avec des "j'aurais donc dû"... donc quel est le risque de partir sans savoir ce qui vous attends vraiment?

Merci à Janik de m'avoir donné le push de plus afin que j'me dise "ah pis hein! j'envoies mon cv même si j'pense pas avoir ce qu'il faut pour ce poste là!"

Je compte bien vour parler des Bermudes lorsque je serai sur place et bien installé, pour un minimum de 3 ans au départ! :)

Vues : 113

Commentaire de Richard Naud le 3 août 2012 à 10:00

et je book le tiens quand j'pourrai me payer l'voyage ;)

Commenter

Vous devez être membre de Quitter le Québec pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Quitter le Québec

© 2021   Créé par Julie Lesage.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation